Historique

club en 1974

club en 1974

Le Club naît en 1903

Le club photo est incontestablement l’une des plus anciennes associations mâconnaises, même si la structure actuelle n’est plus celle d’avant la dernière guerre. Du folding à plaques au reflex à support numérique la photo a évolué, mais le club a su s’adapter et il reste au-devant de la scène culturelle locale.

Le bulletin de liaison qu’il éditait au début du siècle permet de retracer ses activités à une époque où la photo était reine grâce aux cartes postales éditées en très grand nombre et qui constituent aujourd’hui des documents d’un exceptionnel intérêt.
Le club naît en 1903. La photographie, peu pratiquée du grand public est réservée à des personnes relativement aisées.

1907

En 1907, sur les 88 membres, on note une majorité de commerçants et de professions libérales. Joseph Laneyrie, maire, est président d’honneur, M Gringoz, pharmacien rue Gambetta, président actif ; parmi les membres, on remarque un Lumière de Lyon-Montplaisir

Le club a son siège rue St Nizier où il est très bien installé.

Les photographes utilisent sept laboratoires dont deux sont équipés d’une lanterne à gaz pour le tirage des papiers au bromure. Il y a aussi : un atelier de pose avec appareil, des lanternes d’agrandissement et de projection, une salle de lecture avec bibliothèque.
Des réunions hebdomadaires sont organisées. Causeries, excursions (qui donnent lieu à l’édition de cartes), expositions permettant aux adhérents d’améliorer leur technique. En 1907, une sortie a lieu dans le Val de Fier ; une exposition est organisée en 1908. Une correspondance est entretenue avec les sociétés de Marseille, Le Havre, Toulouse, Troyes et St Claude.

Les années passent, puis surviennent les 2 conflits mondiaux qui contraignent le club au sommeil.

1956

LA MJC de l’Héritan existe depuis un an et le club photo s’installe dans ses locaux; il est l’une des premières activités créées. Une loge d’artiste, qu’il faut libérer à chaque spectacle, sert de local. La chaufferie fait office de studio ! Les photographes débutants n’ont pas encore le sens de cette qualité que va leur révéler Mme Villancher, directrice de la MJC en accueillant une exposition du photo-club de Clichy. Après cette découverte, ils se mettent au travail.

1963

Hubert Daujat est président, le club organise un concours interne et participe à un concours national de l’UNESCO.

1965

Marcel Guillaumin prend la direction de la MJC et devient l’un des plus fervents supporters du club.

1967

Georges Thomas prend la présidence du club photo, et ne la lâchera plus jusqu’à son décès prématuré en 1999.

1968

Le premier salon est organisé. Il réunit 272 oeuvres de 72 clubs et 437 auteurs. En 1969 il devient national, puis international en 1970, officialisant de ce fait une participation étrangère importante depuis longtemps. Les années ont passé, le salon international s’est pérennisé et les photos affluent du monde entier. Cette manifestation est la vitrine du club, mais elle ne cache pas une activité en profondeur effectuée par les fidèles adhérents.

1998

Marcel Guillaumin prend sa retraite et est remplacé par Jean Marc Dumas, nouveau directeur de la M.J.C. de l’Héritan. Les photographes travaillent beaucoup dans la nature ou en studio, boîtier en main puis au labo noir et blanc ou couleur, et maintenant en numérique. Le matériel est important et moderne. Tous les jeudis, ils se retrouvent et leurs travaux sont soumis à des critiques « implacables ». Il s’agit d’améliorer les clichés en évitant de fondre tout le monde dans le même moule pour préserver la créativité. De la rigueur naît cette qualité reconnue de tous les spécialistes.

Régionalement, le club est le meilleur dans toutes les catégories, noir et blanc, couleur papier ou diapositives. Nationalement, il est parmi les premiers et a pu se maintenir en coupe de France noir et blanc et couleur.
Le club a remporté :
– la coupe de France noir et blanc en 1974
– la coupe de France couleurs en 1994

La photo peut être l’activité individuelle par excellence, la passion de l’image se concrétisant alors par la prise de vues et par un éventuel travail en labo dans la solitude orangée ou sur l’écran de l’ordinateur. Au club, on a depuis longtemps dépassé ce stade de l’individualisme, si l’opérateur est le plus souvent seul derrière son boîtier, il a le labo et les réunions pour travailler en commun et progresser.
Les photographes ne se contentent cependant pas de ce travail en groupe, ils recherchent le contact avec la ville pour se faire connaître et intéresser le plus grand nombre à leur art. Depuis quelques années on assiste à un véritable éclatement du club en direction de la cité où il est de plus en plus sollicité pour des animations et des expositions.

La première des ouvertures est celle de ce salon international qui assure la promotion de la ville sur les cinq continents. C’est une image incomparable, appréciée à Mâcon mais malheureusement trop méconnue dans l’hexagone qui n’a pas su préserver des manifestations de ce type.
Ouverture également avec ces stages d’initiation à la prise de vues et au tirage qui attirent chaque année des aspirants photographes.
Autre centre d’intérêt, les animations de quartiers, où les jeunes sont venus poser devant l’objectif de Gérard Petit avant de voir leur portrait accroché aux cimaises du centre de la Vie Quotidienne.
Le club a diffusé des calendriers avec reproductions de photos des membres du club de 1987 à 1994.

On a aussi pu voir les photos du club à la salle François Martin, aux Centres Sociaux, dans différentes banques où elles sont très demandées, et même au Pressoir à Clessé. La préfecture de Saône et Loire accepte sur les murs du hall principal, une collection de photographies du club renouvelée tous les 3 à 4 mois.
Le club organise des reportages de fond, tel celui intitulé « Patrimoine aux mains d’or« , sur les métiers en voie de disparition. Une rétrospective « Renault« , le championnat du monde de motonautisme sont dans les archives du club. Le club a participé à une exposition sur le thème du romantisme, en partenariat avec l’ACTEM de Charnay les Mâcon.
La plus grande exposition disponible est celle dédiée à la mémoire de Georges Thomas, 240 photos et un magnifique ouvrage a été édité par la MJC de l’Héritan. Ces expositions sont d’ailleurs à la disposition d’organisateurs de manifestations.

1999

Marcel Nicolas assure la présidence, il veut maintenir le tempo donné par Georges Thomas, il souhaite maintenir la présence du club parmi les associations les plus actives du Mâconnais.

2007

En septembre 2007 Jean Paul Besson devient le nouveau président du club photo.

2012

En novembre a lieu le dernier salon international d’Art Photographique, un millésisme 2012 qui restera l’un des plus réussis : nouvelle disposition des œuvres dans l’espace de la MJC, décoration florale concoctée par le talentueux club voisin et bien entendu qualité des œuvres exposées avec notamment celle de l’invité d’honneur Kevin YIN, photographe chinois.

L’organisation de ce salon étant devenue beaucoup trop lourde à gérer au vu des moyens disponibles en hommes et en temps, il a été décidé, avec grands regrets, de ne plus réaliser une telle manifestation.

2013

En janvier 2013 Dominique Martin accède à la présidence du club.

2014

L’histoire continue de se construire, avec vous …

Publicités